Pour une allocation cantonale de crise en faveur des salarié.e.s et indépendant.e.s au revenu modeste

Banderole ”l’austérité tue”

Notre camarade et député au Grand Conseil Hadrien Buclin a déposé aujourd’hui une motion pour la mise en œuvre rapide d’une allocation cantonale extraordinaire pour venir en aide aux travailleur.euse.s dont les revenus ont été impactés  par la crise du coronavirus 

La crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19 plonge une partie des salarié.e.s et indépendant.e.s au revenu modeste dans une situation financière très difficile. En effet, les indemnités de chômage, de chômage partiel ou de perte de gain ne couvrent pas l’entier du revenu assuré ; le plus souvent, environ 70 à 80% seulement du revenu assuré est versé. Si une perte de revenu de 20 à 30% pendant quelques mois peut être supportable pour des salarié.e.s ou indépendant.e.s ayant un revenu moyen ou élevé, ou encore ayant de l’épargne, pour les salarié.e.s ou indépendant.e.s avec un petit revenu en revanche, le basculement dans la pauvreté est assuré.

Or, rappelons que, selon le Rapport social vaudois de 2017, un quart des ménages vaudois ne déclaraient aucune fortune. De plus, 4,8% des personnes vivaient déjà dans un ménage dont le revenu est au-dessous du seuil de pauvreté (ce seuil était fixé, en 2014, à environ 2000 francs par mois de revenu disponible pour une personne seule et 4000 francs pour un couple avec deux enfants). 14,1% des ménages étaient en outre considérés comme exposés au risque de pauvreté. 

La proportion de ménages vivant au-dessous du seuil de pauvreté risque donc d’augmenter fortement en raison de la crise provoquée par le Covid-19, si le dispositif social n’est pas renforcé en urgence.

Cette augmentation de la pauvreté aurait en outre un impact très négatif sur la conjoncture économique, déjà morose, en faisant chuter la consommation dans les restaurants, les petits commerces ou encore dans la culture et les loisirs, etc., au moment même où ces secteurs vont être confrontés à une reprise de l’activité difficile.

L’Etat de Vaud, qui n’a presque aucun endettement et des finances très saines, a les moyens de mener une politique sociale ambitieuse en réponse à cette crise majeure, quitte à recourir, en 2020, à l’emprunt, qui pourra être amorti progressivement dans les années à venir.

 Cette allocation cantonale extraordinaire suivrait les principes suivants :

– L’allocation permet aux salarié.e.s et indépendant.e.s qui travaillaient à plein temps avant la crise du Covid et dont les revenus sont impactés par la crise de maintenir un revenu d’au moins 4000 francs mensuels (ou 3200 francs pour les personnes travaillant à 80%, etc.), sous réserve que leur fortune soit inférieur au seuil imposable de 56 000 francs ou 112 000 pour les époux vivant en ménage commun.

– Les ménages avec enfants ou autres personnes à charge peuvent bénéficier de cette allocation jusqu’à des seuils de revenu supérieurs à ceux fixés ci-dessus, selon des modalités déterminées par le Conseil d’Etat.

– Les jeunes travailleurs cotisant depuis un nombre de mois insuffisant pour toucher des allocations de chômage bénéficient de cette allocation, de même que les employé.e.s de l’économie domestique.

– Elle est versée de manière rétroactive pour toute la période de crise, soit depuis mi-mars 2020 et jusqu’à ce qu’une personne retrouve son niveau d’activité d’avant crise ou au plus tard jusqu’à la fin 2020. En cas de nouvelles mesures de limitations de l’activité décidées par les autorités en raison d’une deuxième vague épidémique, ce délai est prolongé.

– Cette allocation est financée par crédits supplémentaires sur le budget de fonctionnement de l’Etat cantonal.