Résultats des VOTATIONS DU 7 MARS 2021

Communiqué de presse · 7 mars 2021

Résultat cantonal :

L’aide au précaire largement plébiscitée à plus de 68% !

C’est par un signal fort que les électeurs·trices ont fermement sanctionné le référendum de la honte de l’UDC et du MCG. La population ne s’y est pas trompée, et ce malgré les arguments fallacieux de l’extrême-droite. Pour sortir de cette crise sanitaire, économique et sociale, davantage de solidarité et d’égalité sont indispensables! L’Etat doit s’engager pour soutenir la population et tout particulièrement les personnes précaires: il n’est pas question de laisser quiconque au bord de la route. Des mesures fortes et immédiates doivent être exigées. Ce fond d’indemnisation est un premier pas qui, s’il n’est de loin pas suffisant, permet de reconnaitre l’existence effective des personnes ayant des statuts atypiques et le rôle qu’ils jouent dans le développement économique de notre canton. Il ouvre la porte à d’autres mesures, en prenant appui sur le soutien très clair de la population genevoise.

Dans les parlements et dans la rue, solidaritéS continuera à défendre des politiques sociales pour tous et toutes.

Résultats fédéraux :

« Interdiction de se dissimuler le visage »: à Genève, un NON de soulagement

Le score est serré à Genève et à l’heure où nous rédigeons ce communiqué. Les résultats nationaux se font encore attendre. Toutefois, on ne peut que saluer ce rejet d’une initiative raciste, sexiste et islamophobe. La superbe campagne menée tambour battant par le collectif des foulards violets, issu de la Grève féministe, n’est probablement pas sans lien avec ce résultat genevois. Aujourd’hui, si les femmes musulmanes peuvent respirer et célébrer ce résultat genevois, ces scores serrés démontrent que la lutte n’est pas terminée et qu’il va falloir continuer de se mobiliser pour faire entendre la voix des femmes*, pour que la société cesse enfin de légiférer sur le corps de ces dernières. Il est de notre devoir de nous opposer systématiquement à ce genre d’initiative, qui utilise la peur et les préjugés pour faire passer des lois discriminantes, sexistes, racistes et, dans ce cas précis, islamophobes. 

A Genève

« Loi sur la privatisation de nos donnée (LSIE)» : aux oubliettes!

Cette modification de la loi sur les services d’identification électronique n’était rien de plus qu’un moyen d’offrir sur un plateau les données de millions de citoyen‧ne‧s a des entreprises privées. Les genevois‧e‧s ont vu clair dans cette nouvelle loi et ont massivement refusé, à juste titre, celle-ci. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Cette marchandisation des données privée est un marché juteux qui se serait fait au détriment de la sécurité de la population. Ces nouvelles technologies ne doivent être développée que dans un cadre étatique, sans recherche de profit. Et c’est bien ce que ce vote démontre puisqu’à Genève c’est 69% des électeurs‧trices qui ont voté contre. Et les résultats nationaux semblent indiquer que cette loi n’a pas non plus convaincu de l’autre côtés de la Versoix.

« Accord de libre-échange en AELE et Indonésie »: un NON genevois

Cet accord de libre-échange a été conçu avant tout pour assurer le profit de grandes entreprises au détriment de l’environnement et des populations locales, ce que les genevois‧e‧s ont bien compris. Ce projet d’accord avec l’Indonésie n’a pas fait illusion et ce malgré les promesses faites par ces initiant·e·s. La crise écologique, sanitaire et sociale mondiale actuelle ne devrait plus permettre à ce type d’accord de voir le jour. Si nous saluons le résultat genevois, presque 70% des électeurs‧trices ont voté contre cet accord, nous regrettons que ce dernier semble en voie d’acceptation au niveau fédéral.

Résultats municipaux :

Le parking Clé-de-Rive renvoyé à l’expéditeur!

Malgré les sommes faramineuses investies et les promesses mirobolantes des promoteurs‧rices, la population genevoise a clairement déclaré qu’elle ne veut pas d’un nouveau parking monstrueux au centre-ville! A l’heure de la rédaction de ce communiqué, c’est presque 64% des votant‧e‧s qui ont refusé ce projet d’un autre temps. On ne cessera de le répéter: le projet Clé-de-Rive est dispendieux, disproportionné, inutile et mal-ficelé. Tant au niveau écologique que pour la santé publique, ce projet devait être refusé. Ce n’est pas d’un parking géant dont le centre-ville a besoin mais bien d’une politique cohérente encourageant l’usage des transports publics et de la mobilité douce. De vraies zone piétonnes sont possibles au centre-ville comme dans les quartiers, sans nouveau parking. Et la population a bien cerné les enjeux de ce projet et de ses promoteurs‧rices, plus intéressé‧e‧s par les enjeux financiers que par le bien-être des citoyen‧e‧s. Clé-de-Rive est enterré et il est temps que de vrais projets construits avec et pour la population voient le jour!

Élection complémentaire au Conseil d’État : barrage à la droite et à l’extrême droite

solidaritéS a décidé de s’engager en priorité dans la campagne des votations, là où se trouvaient les véritables enjeux de cette journée du 7 mars.  A plus forte raison qu’une élection complémentaire en l’occurrence ne laisse qu’un choix pipé d’avance sachant que la majorité du parlement se trouve à droite, ce qui laisserait que peu de marge de manœuvre à un gouvernement qui ne trouverait avec une majorité différente. Privilégier la lutte sur le terrain s’est avéré un choix sensé, validé par des victoires contre le parking monstre, pour l’indemnité aux précaires et au niveau genevois par une opposition à l’initiative “anti-burqa” et à l’accord de libre-échange avec l’Indonésie.

Concernant les résultats à l’élection complémentaire au Conseil d’Etat, nous ne pouvons que regretter que les pratiques et mensonges du conseiller d’Etat sortant n’aient pas été plus clairement sanctionnées par la population. Si nous ne nous faisons que peu d’illusions sur la possibilité pour la candidate verte de respecter ses promesses en cas d’élection au vu des forces politiques en présence, nous continuerons à nous mobiliser pour barrer la route à la droite et à l’extrême-droite et à tou‧tes celles et ceux qui mènent des politiques anti-sociales, dans la rue comme dans les urnes. L’Assemblée générale de solidaritéS du 11 mars prochain se positionnera précisément sur le second tour.