Ma mère préfère les femmes (surtout les jeunes)

Ma mère préfère les femmes (surtout les jeunes)

Le cinéma espagnol vient de révéler deux jeunes talents, Daniela Fejerman et Inès Paris. Les deux réalisatrices abordent, avec «Ma mère préfère les femmes», la question de l´homosexualité d´une façon drôle et touchante.


Lors de son anniversaire, une quinquagénaire divorcée annonce à ses trois filles qu´elle est à nouveau amoureuse… Joie. Amoureuse d´une personne passablement plus jeune qu´elle… Rires. Amoureuse d´une femme… Malaise, crise.


Sofia, la mère, artiste 50 ans, est finalement la plus émancipée de cette comédie de femmes. Sol, la benjamine, forcément provocante, semble coincée dans une adolescence tardive et l´aînée, Jimena, la trentaine, est casée dans un mariage et une famille mornes qu´elle subit docilement. Au milieu, il y a Elvira, très belle femme, toujours célibataire, dynamique, touchante, mais complètement perturbée. En marge, il y a Carlos, le père de Jimena, Elvira et Sol, intellectuel asocial et Miguel, sorte de jeune homme idéal, épris d´Elvira.


On regrettera le côté parfois un peu trop caricatural des caractères, chacune des protagonistes semblant coincée dans son personnage, mais “Ma mère préfère les femmes” reste une comédie simple et agréable qui pose somme toute un regard sensible sur la famille, la sexualité, les tabous, l´amour ou encore sur un certain milieu de gauche bien pensant, mais pas toujours aussi progressiste qu´il ne l´imagine…


L´idée, certes pas nouvelle (elle a déjà été la trame du magnifique film “Reykjavik”) mais néanmoins intéressante, d´inverser le standard à l´usage dans ce type de comédie – à savoir que c´est un parent qui annonce son homosexualité à ses enfants, et non l´inverse – fonctionne ici particulièrement bien, grâce notamment au talent de Leonor Watling (Habla con Ella), parfaite dans son rôle d´intellectuelle de gauche névrosée.

(eg)